Les croyances limitantes : qu’est-ce que c’est et comment s’en libérer ?

2 Mar 2021 | Développement personnel

Nous avons tous pour but commun de grandir professionnellement et personnellement dans nos vies. Chaque nouvelle année, la tradition veut même que nous énoncions nos « bonnes résolutions », démontrant pleinement cette envie de devenir une meilleure version de nous même. Cependant, malgré notre bonne volonté, il arrive souvent que nous n’arrivions pas à atteindre nos objectifs. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ?

Derrière chaque personne ne cache un nombre incroyable de croyances limitantes
Une croyance est une pensée à laquelle nous avons pensé maintes et maintes fois – à tel point que celle-ci est devenue ancrée dans la façon dont nous nous voyons et la façon dont nous croyons que les autres nous voient.

la pensée vue par la science

Si vous connaissez un peu les neurosciences, vous savez que la première fois que nous pensons à une nouvelle chose, une nouvelle connexion dans notre cerveau est créée. Au début, c’est une petite connexion faible et fragile, mais si nous continuons à penser à cette même chose, la connexion passe de la forme d’un fil à une corde, à mesure que la connexion devient de plus en plus forte. C’est ce qu’on appelle la neuroplasticité, ce qui signifie que la structure physique de notre cerveau change en fonction des pensées que nous avons.

Le plus important à retenir, c’est que la pensée originale n’a même pas besoin d’être vraie pour que cela se produise. Notre cerveau aime inconsciemment avoir raison, une fois qu’il a une idée en tête, il déformera, supprimera et généralisera toutes les données entrantes pour renforcer ce qu’il a déjà décidé. 

Nous sommes bombardés quotidiennement par tant d’entrées sensorielles que notre cerveau doit filtrer ce qui entre ou il crasherait comme un ordinateur. Il sélectionne donc l’entrée qui correspond à sa vision préexistante du fonctionnement du monde et ignore le reste. C’est pourquoi de nombreuses personnes arrivent à s’auto-persuader qu’elles sont « nulles », « moches » et « sans avenir », autant de qualificatifs péjoratifs qui proviennent de notre propre cerveau. Mais ce qui nous intéresse aujourd’hui c’est de savoir pourquoi nous pouvons être amenés à avoir ces pensées négatives… Je crois que vous l’avez compris : les croyances limitantes.

« La seule chose qui vous empêche d’obtenir ce que vous voulez, c’est l’histoire que vous continuez à vous raconter. »

Tony Robbins

Mais alors, qu’est-ce qu’une croyance limitante ?

Les croyances limitantes sont des pensées, des opinions que l’on prend pour vérité absolue. Elles ont tendance à avoir un impact négatif sur notre vie car sans s’en rendre compte, elles nous empêchent de nous réaliser et d’avancer.

Dans la plupart des cas, les croyances limitantes sont des pensées inconscientes qui agissent comme un mécanisme de défense de notre cerveau. Elles sont là pour nous éviter d’éventuelles émotions négatives ou à faible vibration comme la frustration, l’anxiété, la colère ou la tristesse mais surtout elles nous maintiennent dans notre zone de sécurité et de confort.

Ces croyances sont souvent déclenchées à cause d’évènements vous ayant fait souffrir dans le passé. Ainsi, votre subconscient agit en modifiant votre comportement, ce qui peut entraîner des résultats négatifs tels que la procrastination, le conformisme, la réflexion excessive, l’anxiété, le syndrome de l’imposteur et bien d’autres.

L’origine des croyances autolimitantes

1- CROYANCES FAMILIALES

La plupart des croyances limitantes sont largement développées pendant l’enfance. L’auteur du livre à succès : Biologie des croyance , le Dr Bruce Lipton, explique comment, de la naissance à l’âge de sept ans environ, vous opérez principalement dans des longueurs d’onde cérébrales très proches d’un état hypnotique (onde thêta). Quand vous êtes enfant, vous êtes littéralement une éponge, absorbant chaque petite chose autour de vous afin d’enregistrer les «mauvais et bons» comportements et émotions vous entourant.

Cela signifie que tout le monde développe des croyances et ce, dès la petite enfance, dont certaines sont encourageantes et d’autres limitantes. Par exemple, les enfants qui sont traités avec amour et valorisation développeront la conviction qu’ils sont aimés et désirés. Au contraire, ceux qui sont maltraités ou négligés auront tendance à développer la conviction qu’ils sont indignes et indésirables.

Puis, en grandissant, vos parents avaient probablement des valeurs morales qu’ils essayaient de vous inculquer. Celles-ci découlent souvent de leurs propres croyances et idées familiales sur la façon dont vous et le monde devriez être. Il peut s’agir de choses telles que les cheminements de carrière que vous devriez emprunter ou comment vous comporter avec les autres.

Vous pouvez donc finir par vous créer vos propres croyances limitantes basées sur les croyances que votre famille vous ont inculquées. Un exemple serait que vos parents renforcent la conviction que l’autorité ne doit jamais être contestée.

En conséquence, vous pouvez penser qu’un traitement injuste de la part de personnes d’autorité est quelque chose qui doit être accepté plutôt que contesté. Vous pourriez même être incapable de reconnaître ce comportement.

2- Éducation et environnement

De manière très liée aux croyances familiales, l’éducation joue également un rôle majeur dans la formation de croyances limitantes. Ce que vous appreniez de la famille, des enseignants ou parfois même des amis, ont tous un impact sur ce que vous allez adopter comme vérité. 

C’est parce qu’ils sont en position d’autorité et qu’ils partagent constamment des informations, des idées et des croyances sur le fonctionnement du monde que cela peut vous impacter. Durant cette période de construction, l’enfant et l’adolescent ont tendance à prendre pour vérité toute chose dite par les figures d’autorité.

3- Expériences

Lorsque vous prenez des décisions ou que vous vivez des expériences dans la vie, il est courant que vous tiriez des conclusions par la suite. Si, par exemple, vous tombez amoureux et que cela se termine par un chagrin d’amour, vous pourriez conclure que l’amour se termine toujours par la douleur.

Ces types d’expériences négatives, en particulier, peuvent fortement façonner vos croyances limitantes. Il est important de se rappeler que les conclusions auxquelles vous parvenez après de mauvaises expériences ne sont valables que temporairement.

croyances limitantes 2

savoir les reconnaitre

Vous l’avez bien compris, nous avons tous des croyances limitantes qui nous empêchent de réaliser nos rêves ou même nos objectifs quotidiens. Afin d’identifier et de changer ces croyances, vous devez travailler sur votre « conscience de soi« . 

Le secret est d’être responsable et d’assumer la responsabilité des croyances que vous vous êtes créées. C’est reprendre le pouvoir de sa vie, en sortant de son confort et de ses excuses pour affronter ses propres blessures et croyances pour grandir.

« Vous devez être le changement que vous voulez voir dans le monde. »

Il existe de nombreuses façons d’identifier vos croyances limitantes. Une manière naturelle de faire cela est d’écouter les « petites voix » dans votre tête
Alors je vous demande maintenant – avez-vous déjà remarqué une petite voix qui surgit soudainement dans votre tête et vous dit quelque chose de négatif sur vous-même?

  • Je ne suis pas assez intelligent.e.
  • Les gens ne m’aiment pas.
  • Je ne suis pas doué.e pour le sport.
  • Je ne le.la mérite pas.
  • Je suis malchanceux.se
  • Je suis trop jeune.
  • Je suis trop vieux.ille.
  • Je suis bizarre.
  • J’ai un gros nez.

Si nous avons de la chance et que nous avons eu des parents et des enseignants qui nous soutiennent au cours de notre cursus scolaire, nous avons alors reçu énormément d‘informations positives sur nous-mêmes. Ces croyances positives et encourageantes se traduisent dans notre cerveau par :

  • J’ai assez de patience pour cohabiter avec un problème jusqu’à ce que je trouve une solution.
  • Je peux tout apprendre et ce que je veux.
  • J’ai la ténacité de mener à bien les projets.
  • Je peux bien m’entendre avec les gens.

Mais la plupart d’entre nous ont un discours intérieur négatif qui nous mine constamment…
Pour le reconnaitre immédiatement, vous pouvez inclure pratiquement tout discours intérieur que vous remarquez qui commence par : «tu dois» ou qui contient «toujours», «jamais», «tout le monde» ou «personne». Bannir ces mots et phrases de son dialogue intérieur permet de reprendre son libre arbitre.

« Quelle libération de se rendre compte que la « voix » dans ma tête n’est pas qui je suis. Qui suis-je alors ? Celui qui voit ça.« 

Eckhart Tolle

Bien que nous avons tous hérité de nos expériences passées, lorsque nous portons attention à nos croyances et prenons conscience qu’elles ne sont pas nécessairement vraies, nous pouvons identifier les croyances inutiles et les inverser.

croyances limitantes

Alors comment s’en libérer ?

1- Prenez une feuille et notez des croyances que vous arrivez à identifier

Vous pouvez commencer par tout ce qui vous vient à l’esprit lorsque vous imaginez les choses que vous aimeriez faire, mais dans lesquelles vous ressentez un blocage qui vous retient. Bien qu’il puisse y avoir de réels obstacles sur votre chemin, vous constaterez peut-être que certains d’entre eux sont peut-être plutôt des croyances limitantes.

2- Prenez la première de vos croyances limitantes et trouvez un exemple d’un moment où cette croyance n’était peut-être pas vraie

Ainsi, si je prends l’exemple d’une croyance limitante liée à un manque de confiance en soi, je me demanderais s’il y a eu un moment où j’ai agi avec confiance. Peut-être qu’il y a eu un moment entre amis proches où je me suis surpris en disant quelque chose qui faisait rire les gens et qui me faisait du bien. Ou un inconnu m’a demandé des directions et je l’ai aidé. Ou il y avait une urgence et j’ai fait ce qu’il fallait faire avant d’avoir le temps d’y penser.

Ou, si vous ne parvenez pas à penser à un exemple, passez le reste de la journée à chercher des preuves qui pourraient nier votre croyance auto-limitante. Regardez attentivement et remarquez même les plus infimes choses qui jettent un doute sur l’exactitude de votre croyance.

3- Pensez à la façon dont cette croyance vous a retenu

Au travail ? Dans vos relations ? En atteignant vos objectifs ? Cela a-t-il peut-être même affecté votre santé ? Notez toutes les raisons où cette croyance ne vous a pas bien servi.

Faire savoir à son subconscient que cette croyance ne vous aide vraiment pas est la meilleure façon de s’en débarrasser. Pensez à toutes les choses incroyables que vous auriez pu accomplir au cours des années sans ces croyances limitantes sur vous-même. Ressentez profondément la douleur de toutes ces occasions manquées. 

(Aie… Pardon… Je sais que c’est brutal mais ça en vaudra la peine.)

4-  Rédigez une liste des avantages que vous voyez de cette croyance autolimitante

Les croyances auto-limitantes peuvent parfois aussi servir un but. Elles nous donnent une excuse pour ne pas essayer des choses, de rester dans la zone de confort. Elles peuvent aussi nous empêcher de nous froisser avec ceux que nous connaissons et aimons.

Il peut sembler étrange de regarder ce côté de l’équation mais nous voulons nous débarrasser de cette croyance, non ? Vous devez penser mais pourquoi cherchons-nous les raisons à les conserver ? Nous devons simplement déterminer comment vous pouvez obtenir ces avantages d’une manière différente une fois que vous avez éliminé la croyance auto-limitante de votre vie.

Notez les sentiments que vous associez à ces avantages – comme le confort, la sécurité, l’absence de peur, l’évitement des conflits, etc.

Et maintenant, j’aimerais vous inviter à réfléchir à d’autres moyens de ressentir ces mêmes sentiments une fois que cette croyance auto-limitante a disparu.

Par exemple, que serait-ce si vous vous sentiez à l’aise avec l’inconfort ? Si vous vous sentiez en sécurité avec l’insécurité ? Si vous n’aviez plus peur de la peur ?

La plupart d’entre nous ont été élevés pour considérer l’inconfort, l’insécurité et la peur comme des choses à éviter. C’est le sens que nous leur accordons car nous avons été conditionnés comme ça. Mais que se passerait-il si nous pouvions simplement remarquer ces sentiments et ne pas nous laisser prendre au drame d’essayer de les éviter ? Ils perdraient leur pouvoir sur nous.

« Il n’y a rien de bon ou de mauvais, mais la pensée le rend ainsi. » 

William Shakespeare (Hameau)

5- Visualisez la suppression de cette croyance limitante

Maintenant, quand vous serez prêt, nous allons nous débarrasser de cette croyance embêtante, une fois pour toutes. Prenons cette planche pourrie et jetons-la dans l’océan ! (Ne vous inquiétez pas, c’est biodégradable.)

PS : c’est le moment sophrologie de l’article…

Fermez les yeux et imaginez-vous debout sur une belle plage de sable, regardant les eaux bleues de l’océan. Il y a des palmiers bordant le sable et une douce brise ébouriffe vos cheveux. Vous vous sentez calme. Vous tenez la planche de votre croyance auto-limitante dans votre main. Imaginez les mots peints sur le bois.

Vous vous sentez soudain incroyablement puissant, super fort et chargé d’une énergie incroyable. Vous allez prendre cette planche et la lancer aussi fort que vous le pouvez, en mettant toute cette puissance, cette force et cette énergie à pousser cette planche loin, très loin dans l’océan.

Fais le maintenant ! Wow ! Regardez jusqu’où ça va ! 

Vous regardez la planche tourner d’un bout à l’autre dans l’air alors qu’elle monte et s’éloigne, elle est de plus en plus petite à mesure qu’elle disparaît vers l’horizon. Finalement, vous voyez une simple éclaboussure, presque trop loin pour être entendue, alors qu’elle tombe dans l’eau et s’enfonce sous les vagues sans laisser de trace.

6- Maintenant, respirez profondément, ouvrez les yeux et écrivez une déclaration qui est le contraire de votre croyance auto-limitante

Imaginez-vous vivre cette nouvelle croyance stimulante. Rendez l’image vivante dans chaque détail – donnez-lui de la couleur, du son, de la texture, du mouvement. Entrez dans l’image et sentez les nouvelles émotions que votre croyance désormais encourageante, vous apporte – puissance, énergie, bonheur, confiance en soi. Travaillez vraiment cette scène jusqu’à ce qu’elle soit aussi réelle pour vous que la pièce qui vous entoure.

Essayez pendant un moment de revenir à votre croyance auto-limitante. Quel pouvoir a-t-elle sur vous maintenant ?

«Une fois que vos pensées reflètent ce que vous voulez vraiment être, les émotions appropriées et le comportement qui en découle découleront automatiquement. Croyez-le et vous le verrez. »

Wayne Dyer

voir aussi :

2 Commentaires

    • Clémence

      Bonjour Dominique, merci beaucoup ! 🙂

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partager cet article :